WILL HOLDER & ALEX WATERMAN

Will Holder (graphiste) et Alex Waterman (compositeur) ont engagé depuis quelques années une réflexion sur la nature de la composition. Interrogeant la fonction de l’imprimé dans des formes collectives de lecture et d’écriture, leurs investigations ont résulté en plusieurs ouvrages notables à mi-chemin entre la sémiologie, la typographie et la musicologie : Agapé (Miguel Abreu Gallery, 2007), Between Thought and Sound (The Kitchen, 2008), The Tiger’s Mind (en collaboration avec Beatrice Gibson, Sternberg Press, 2012).

Le livre Yes, But Is It Edible? (New Documents, 2014) poursuit cette mise en perspective en rassemblant des interprétations typographiques des partitions pour les opéras Dust (1998) et Celestial Excursions (2003) du compositeur américain Robert Ashley. Ces deux œuvres n’avaient jusqu’à présent été activées que par Ashley lui-même et ses chanteurs (Sam Ashley, Joan La Barbara, Thomas Buckner et Jacqueline Humbert), à travers des paysages technologiques, imaginaires, acoustiques, organisationnels, sonores et visuels de « Blue » Gene Tyranny, Tom Hamilton, David Moodey, Cas Boumans et Mimi Johnson.

À l’exception des collaborateurs avec lesquels le compositeur américain a dialogué pendant près de trente ans, Will Holder et Alex Waterman sont les premiers à se saisir de ces partitions. Celles-ci sont présentées dans Yes, But Is It Edible? avec une sélection d’œuvres d’Ashley produites entre 1963 et 2008, qui toutes mettent l’accent sur les liens mouvants entre l’écriture de la musique et son interprétation.


YES, BUT IS IT EDIBLE?

De par la longue entreprise qui a donné lieu à la publication de Yes, But is It Edible?, on pourrait dire que Will Holder et Alex Waterman se sont fait librettistes. La retranscription à l'écrit des œuvres de Robert Ashley en une forme lisible par tous s'attache effectivement à l'écriture d'une partition des voix. Pourtant, aucune portée véritable ne peut y être trouvée. Si les chiffres permettent de rythmer la page, ce sont bien les mots et leur emplacement, dans un travail typographique et graphique minutieux, qui permet la lecture collective.

Or cette lecture collective est seulement possible si chacun peut s'entendre. La lecture performée simultanément par Will Holder et Alex Waterman redonne alors toute sa consistante à l’œuvre de Robert Ashley, dans une réinterprétation épurée de certains passages (sans musique, sans décors). Partant de la même page, ils interprètent au départ, chacun, les mêmes phrases, la même partition, mais à une tonalité différente. Tout est récité sans nuance émotionnelle - on est alors, toujours, à la limite de l'absurde quant au message délivré - un message lui-même amputé de cohérence. On entend comme une voix intérieure, un stream of consciousness qui devient notre propre conscience : "Picture this. War, right? [...] And it's all around you." (Dust).

Il s'agit de la voix démultipliée d'un ancien soldat qui a perdu sa jambe au combat - dont on entend les pensées et l'histoire alors que celui-ci est sous morphine. Ainsi, lorsque Will Holder et Alex Waterman se mettent à déclamer des textes différents, se répondant, se superposant et se rattrapant, nous entendons bel et bien la même personne. Par la lecture de ces textes, il apparaît alors que l'on est face à autre chose qu'une simple collaboration entre deux artistes aux outils et modes d'expression différents. Yes, But Is It Edible? est le résultat d'une opération plus forte : il est en effet question d'une transmutabilité des voix du graphiste et du compositeur jusqu'à l'obtention d'une œuvre certes polyphonique, mais qui part d'un même souffle.  


Un évènement accueilli par Lafayette Anticipation - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette, en collaboration avec castillo/corrales dans le cadre de la tournée européenne de Will Holder & Alex Waterman le 10 Mars 2015.

YES, BUT IS IT EDIBLE?
The music of Robert Ashley, for two or more voices

Edité par Will Holder et Alex Waterman. Publié par New Documents, 2014.

Pour cette tournée, Will Holder et Alex Waterman liront une heure de duos tirés des opéras "Dust" et "Celestial Excursions" de Robert Ashley.