mutantstage8.jpg

Photos: © Stéphane Perche © Veilhan / ADAGP, 2017 © Casoar / Lafayette Anticipations


MUTANT STAGE 8 

Entre les pattes d’une nacelle du chantier, Marie-Agnès Gillot et Dimitri Chamblas dansent leur lent duo devant la caméra low-tech de Xavier Veilhan. 8e épisode de la série Mutant Stage, le film s’émancipe de la chorégraphie initiale par le biais d’une image très basse définition et d’une musique cristalline de Jonathan Fitoussi. 

« Ce film part d’une rencontre, d’une chorégraphie que Marie-Agnès et Dimitri avaient dansé en live dans mon atelier il y a un peu moins d’un an. Pour la première fois j’ai travaillé à partir d’une pièce existante, une situation que je n’ai pas complètement créée moi-même. J’ai donc dû intégrer une forme de lyrisme et de sensualité qui n’est pas mon registre habituel. La qualité de l’image et la musique, différente de celle réalisée par Bertrand Bonnello dans la version live, font écho à cette sorte de distance qui existe entre mon regard de réalisateur et un film habité par des mouvements qui ne m’appartiennent pas. »
                                                                                                     Xavier Veilhan

XAVIER VEILHAN

Depuis le milieu des années 80, l’artiste français Xavier Veilhan (né en 1963, vit et travaille à Paris) développe une vaste œuvre qui se définie par son intérêt pour le vocabulaire de la modernité comme pour le statuaire classique, auquel il donne sa propre interprétation contemporaine. 

Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions, notamment en 2009 au Château de Versailles (Veilhan Versailles). Entre 2012 et 2014 il a développé Architectones, une série d’expositions qui souligne le dialogue permanent entre art et architecture dans 7 édifices modernistes à travers le monde. Cette exploration de l’architecture a continué en 2015 avec les films Vent Moderne (La Villette) et Matching Numbers (3e Scène, Opéra national de Paris). Sa dernière performance, SYSTEMA OCCAM (2013), pour une composition musicale d’Eliane Radigue, a été montrée à New York, Marseille, Nantes et à Paris.

Xavier Veilhan a été choisi pour représenter la France à la 57ème Biennale de Venise (mai – novembre 2017) avec son projet Studio Venezia, avec Lionel Bovier et Christian Marclay comme commissaires et le soutien du Groupe Galeries Lafayette.


AMÉLIE COUILLAUD ET DIMITRI CHAMBLAS

Dimitri Chamblas et Amélie Couillaud initient et produisent des projets en collaboration avec des artistes de champs divers, en particulier le champ chorégraphique, pour déplacer les espaces habituels de la danse et fédérer des partenaires multiples, tant pour leur conception que pour leur production et leur diffusion.

DIMITRI CHAMBLAS

Dimitri Chamblas intègre l’école de l’Opéra de Paris à l’âge de 10 ans, puis rejoint le Conservatoire National Supérieur de Lyon. Il danse ensuite avec de nombreux chorégraphes comme Emmanuelle Huynh, Boris Charmatz, Le Ballet Atlantique Régine Chopinot, Mathilde Monnier. Il collabore avec des créateurs tels que Jean-Paul Gaultier, Andy Goldsworthy, Jean le Gac ou le compositeur Heiner Goebbels. 

Il co-fonde l’Association Edna avec le chorégraphe Boris Charmatz en 1992. Ensemble, ils organisent des événements, des performances et des expositions. Leur duo À bras-le-corps a été présenté partout dans le monde, dans des théâtres et festivals de renommée internationale. Le duo vient d’entrer au répertoire de l’Opéra national de Paris. Ils chorégraphient aussi ensemble Les Disparates, solo pour Boris Charmatz. En 1996, Dimitri Chamblas fonde avec Mathilde Monnier - alors directrice du Centre chorégraphique de Montpellier - les Résidences de recherche et d’écriture chorégraphiques, un cadre offert aux artistes pour créer en dehors des circuits traditionnels de production.

En 2011, il participe à l’élaboration du Los Angeles Dance Project sur l’invitation de Benjamin Millepied. Nommé directeur artistique de la 3e Scène - Opéra national de Paris en 2015, Dimitri Chamblas crée cette plateforme numérique dédiée à la création, et commande des œuvres à des artistes tels que Alex Prager, Glen Keane, Mathieu Amalric, Xavier Veilhan, Bret Easton Ellis, Julien Prévieux, William Forsythe, Rubber Legz, United Visual Artists, Bertrand Bonello. 

En 2016 il lance le Studio Dimitri Chamblas, structure qui accueille tous ses projets et collaborations, notamment ce duo avec la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot, sa participation à la nouvelle création de Boris Charmatz pour la Volksbühne de Berlin, ou encore une création avec l’architecte François Perrin pour la Biennale Performa de New-York.

MARIE-AGNÈS GILLOT

Elle est nommée « Étoile » du Ballet de l’Opéra national de Paris à l’issue de la représentation de Signes de Carolyn Carlson, le 18 mars 2004 (première nommée sur un ballet contemporain).

Marie-Agnès Gillot, parfaite interprète des grands ballets classiques, est aussi très sollicitée par les chorégraphes contemporains. Mélange de force et de fragilité, elle est tour à tour femme fatale, personnage romantique, cruel, libre et insolent. Une technique virtuose qu’elle met également au service des plus grands chorégraphes : Pina Bausch, Maurice Béjart, Roland Petit, Edouard Lock, Wayne McGregor, Benjamin Millepied, Jiří Kylián, William Forsythe, Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet. Pour Sophie Calle, qui représente la France à la Biennale de Venise de 2007, elle donne son interprétation de Prenez soin de vous et danse avec les cygnes de Swan, un ballet de Luc Petton. 

Un goût pour l’éclectisme que Marie-Agnès Gillot exerce aussi dans le domaine de la chorégraphie. Ainsi, elle se fait remarquer avec sa première création Rares Différences lors du festival Suresnes Cités Danse en 2007. Elle crée également ART ÈRE, sur le Trio élégiaque de Serguei Rachmaninov, pour le Junior Ballet classique du Conservatoire de Paris (CNSMDP) en 2009. Enfin, en 2011, elle se produit aux côtés d’Alice Renavand sur la scène du Festival de Royan « Un Violon sur le sable » avec deux pièces : Blanche marine qu’elle chorégraphie sur Aquarium, extrait du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, et Black back sur le Concerto pour clarinette de Mozart. En octobre 2012, elle présente Sous Apparence, sa première création pour le Ballet de l’Opéra national de Paris.

En novembre 2009, elle créé une Flashmob pour l’association La Chaîne de l’Espoir sous la pyramide du Louvre. Pour l’association ICCARRE, elle fait un pas de deux avec Blanca Li en décembre 2014 à la Maison Jean-Paul Gaultier. Deux de ses œuvres sont exposées au Palais de Tokyo. Elle crée TU ES dans le cadre de la Nuit Blanche 2016, sur la musique du Boléro de Ravel, un duo qu’elle a chorégraphié et dansé à partir des mouvements inspirés de son travail avec les prisonniers de la Maison centrale d’arrêt d’Arles. 

Elle est Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur, dans l’ordre du Mérite et dans celui des Arts et des Lettres. 


LE PROJET MUTANT STAGE 

Mutant Stage est une série de courts métrages chorégraphiques produits par Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, dans le cadre des travaux de réhabilitation de son bâtiment entre 2015 et 2017. Sept films respectivement dirigés par Wendy Morgan, Elen Usdin, Benjamin Millepied, Olga Dukhovnaya & Konstantin Lipatov, Louise Hémon, Frédéric Lebain et Grégoire Pédron, (LA)HORDE (Marine Brutti, Jonathan Debrouwer & Arthur Harel) ont déjà été produits. Volmir Cordeiro, Pauline Simon, Jung-Ae Kim, Amalia Alba, Florence Casanave, Lisa Miramond, Annabelle Pirlot, Olga Dukhovnaya, Benjamin Millepied, Alix Eynaudi, Matthieu Barbin, Manuela Carneiro, Keem-S Martinez, Jakub Moravec, Jakub Sonnek, Michal Zdražil ont dansé dans les espaces du bâtiment.

Durant toute la durée du chantier et jusqu’à l’ouverture publique de la Fondation prévue en 2017, le 9 rue du Plâtre fait l’objet d’une enquête sur sa propre mutation. L’architecture en devenir est mesurée au fil des mois à travers la rencontre in situ de réalisateurs et de performeurs.

Chaque tournage est l’occasion d’une rencontre différente initiée par la Fondation avec les curateurs Amélie Couillaud et Dimitri Chamblas, pour la mise en mouvement des corps et de la matière. Mutant Stage s’inscrit ainsi dans le programme de préfiguration de Lafayette Anticipation, ouvert aux scènes émergentes de la performance et de la danse contemporaine.

Mutant Stage vibre à l’intérieur du bâtiment et au- delà, dans le cœur de la ville. Le titre du projet est inspiré d’une expression de Rem Koolhaas qui traduit à la fois l’essence de l’architecture performative du bâtiment en mutation et l’engagement de l’institution en faveur de l’hybridation des arts et de la vie.

Chaque film de la collection, façonné par le vocabulaire visuel de la danse, du cinéma et de l’architecture, est un objet unique et multiple à la fois. Ainsi le 9 rue du Plâtre demeure un lieu d’invitation et d’expérimentation, un bâtiment en marche.


Une série curatée et produite par Amélie Couillaud et Dimitri Chamblas

Une série de film produit par Lafayette Anticipations - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette, filmée dans le bâtiment en rénovation au 9 rue du Plâtre.

Mutant Stage 8
Un film de Xavier Veilhan

Avec Marie-Agnès Gillot et Dimitri Chamblas

Musique
"Silences" de Jonathan Fitoussi
Collaboration artistique
Roman Hatala
Image          
Roman Hatala
Nicolas Thiery
Georges Kerouedan

Unit
Jean-Baptiste Muffat
Editing & Post-production
Cadmos
Atelier Xavier Veilhan
Stéphane Croughs
Violeta Kreimer
Guillaume Rambouillet

Alice Rocher
Léa Wanono

Set photographer
Stéphane Perche

Production Casoar + Fondation d’entreprises Galeries Lafayette

Lafayette Anticipation souhaite remercier
OMA, DATA, Citynove, Artelia

🎞 Mutant Stage 6, de Frédéric Lebain et Grégoire Pédron, avec Keem-S Martinez et Manuela Carneiro

🎞 Mutant Stage 5, "Cavern", de Louise Hémon avec Alix Eynoudi et Matthieu Barbin

🎞 Mutant Stage 4, "Korovod", de Olga Dukhovnaya et Konstantin Lipatov avec Amalia Alba, Florence Casanave, Olga Dukhovnaya, Lisa Miramond, Annabelle Pirlot

🎞 Mutant Stage 3, de et avec Benjamin Millepied

🎞 Mutant Stage 2, de Elen Usdin avec Jung-Ae Kim

🎞 Mutant Stage 1, de Wendy Morgan avec Volmir Cordeiro et Pauline Simon