GABARIT-FR-30.jpg

©Isabelle Giovacchini


anicka yi

Anicka Yi est née en 1971 à Séoul (Corée du Sud). Elle vit et travaille à New York (Etats-Unis). Fleurs frites, lait en poudre périmé, chips de pomme de terre ou mucus d’escargots, dans son œuvre Yi porte son attention aux substances périssables. Elle est à la recherche des limites de la persistance de la beauté. Souvent plongées dans de la glycérine, de la résine ou de la cire, les créations sensorielles de Yi témoignent de son intérêt pour des expérimentations à la fois chimiques et techno-sensuelles à forte puissance évocatrice.

L’éphémère est au coeur du travail d’Anicka Yi, comme l’illustre l’ouvrage fait de papier parfumé à brûler, 7,070,430K of Digital Spit, a Memoir réalisé grace au soutien de Lafayette Anticipation en 2015. En quête perpétuelle d’une poésie de l’odeur, l’artiste a travaillé
avec la Fondation d’entreprise pour créer le projet et la fragrance liée à la perte de la mémoire. Ce parfum réalisé par Barnabé Fillion a imprégné des feuilles de papier d’encens pendant plusieurs semaines.

Le fruit de ces recherches et expérimentations fut donc le livre en édition limitée qui a donné son titre à l’exposition de la Kunsthalle de Bâle, et qui fut brûlé lentement, conformément aux instructions d’Anicka, libérant peu à peu son odeur d’amnésie. The Last Diamond se confronte également à une forme depoésie de la fragrance. L’un des tambours dévoile une odeur de papier qui brûle, tandis que le second délivre un parfum d’oubli, intitulé Aliens and Alzheimer’s.


FAISONS DE L'INCONNU UN ALLIÉ

Adresse (espace temporaire) :
Ancien magasin Weber Métaux
16 rue Debelleyme
75003 Paris

Horaires :
Tous les jours du 11 au 23 octobre, de 11h à 22h.

Entrée libre