GABARIT-FR-50.jpg

Photos : © Blaise Adilon


MONDES FLOTTANTS, 14e BIENNALE DE LYON

La Biennale de Lyon ouvre le second chapitre d’une trilogie autour du mot « moderne ». Pour cette 14e édition confiée à Emma Lavigne, une cinquantaine d’artistes dévoilent leurs visions des Mondes flottants, référence au terme japonais « ukiyô » qui invite à la contemplation et interroge l’impermanence des choses.

Conçue comme une promenade sensorielle et immersive, la Biennale flotte sur la « modernité liquide », selon l’expression du sociologue Zygmunt Bauman, où disparaissent catégories, formes et identités sous l’effet du changement constant caractéristique de la mondialisation.

Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette - soutient Daniel Steegmann Mangrané et Julien Discrit, tous deux embarqués au sein de cet archipel d’îlots.


DANIEL STEEGMANN MANGRANÉ

D’origine catalane, Daniel Steegmann Mangrané, né en 1977, vit et travaille à Rio de Janeiro. Du dessin au film, en passant par la sculpture, l’installation ou l’intervention sur le paysage, ses œuvres questionnent notre rapport à l'environnement et invitent le spectateur à s’engager physiquement dans une projection ou un déplacement. En témoignent 16 mm (2015), installation spécialement conçue pour la Fondation, Phantom (2015) et Spiral Forest 2 (2015), oeuvres de la collection acquises par le Fonds de dotation Famille Moulin.

Ce goût pour l’expérimentation sensorielle se retrouve également dans A Transparent Leaf Instead Of The Mouth (2016-2017), vivarium imposant qui interroge le mouvement et sa perception, notamment rétinienne, grâce à la transparence des parois et au camouflage de ses « phasmes-feuilles ». Ces derniers évoluent dans un écosystème formé à partir de chêne, de hêtre, de ronce et de fougère ; un environnement qui témoigne de la place du vivant chère à l’artiste.

Pour la conception dont le socle, support de l’écosystème, a été produit par la Fondation, Daniel Steegmann Mangrané s’inspire du modernisme organique d’Alvar Aalto, architecte et designer, qui privilégie l’association des formes et des fonctions de manière à créer des espaces adaptés au monde moderne en dialogue avec la nature.

Pour l’artiste, « Confondre l'intérieur et l'extérieur de l'exposition est l'un des premiers devoirs de l'art : l'espace du musée ne peut plus être un espace d'accumulation d'artefacts, isolé et protégé de l'extérieur, mais un lieu où notre rapport aux objets et à la réalité est reconfiguré ».


JULIEN DISCRIT

Julien Discrit, artiste plasticien français, né en 1978, vit et travaille à Paris. Inspiré par la géographie et le désir de donner une représentation possible du monde, l’artiste place l’expérience du temps et de l’espace au cœur de sa pratique qui se déploie de la photographie à la vidéo, en passant par l’installation et la performance.

Parmi ses œuvres exposées, le film 67/76 (2017) aborde un moment phare de l’histoire de la ville de Montréal et de ses habitants. Il est pensé comme une parenthèse temporelle située entre 1967 et 1976, qui correspondent respectivement à l’Exposition universelle de Montréal et à l’incendie du dôme géodésique précisément créé pour l’Expo 67 par Richard Buckminster Fuller. La réalisation du film a pu avoir lieu grâce au soutien du Fonds de dotation Famille Moulin.

La vidéo post-utopique de l’artiste aborde les enjeux de l’Expo 67 à travers la reconstitution de l’incendie de 1976, tout en s’intéressant à un pan de l’histoire culturelle des années 60 et 70. Dans le film, ces différents enjeux résonnent en guise de voix off : l’extinction de l’espèce humaine, les énergies renouvelables, l’automatisation ou encore le revenu universel. Les mots sont directement tirés d’un texte de Buckminster Fuller, Manuel d’instruction pour le vaisseau-spatial Terre (1969), et font écho aux défis auxquels nos sociétés sont aujourd’hui confrontées.


Dates

Du 20 septembre 2017 au 7 janvier 2018

Horaires

Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 18h

Le week-end de 11h à 19h

Nocturnes jusqu’à 22h les vendredi 29 sept, 13 oct, 17 nov, 15 déc.

Lieux d’exposition

La Sucrière | Les Docks, 47-49 quai Rambaud, Lyon 2

Le macLYON | Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle, Lyon 6

Le dôme | Place Antonin Poncet, Lyon 2, gratuit (du 20 sept. au 5 nov.)

Plus d'informations : www.biennaledelyon.com/